youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

revolutionary ideas FB bannerFR

STM: Primes aux dirigeants sur fond de diminution de service et de hausses de tarifs

Une fois de plus, les mesures d'austérité dévoilent leur vrai visage hypocrite. Selon plusieurs médias, la Société des Transport de Montréal (STM) a majoré les salaires de ses dirigeants de 6.5% comparativement aux salaires de l'année précédente. Carl Desrosiers, le Directeur général de la Société, de même que les hauts cadres les mieux payés, ont reçu un salaire de 313.212.00.$ en 2013, soit une augmentation de 5.5% par rapport à l'année 2012. Au total, la STM a dépensé près de 2.7 millions de dollars en salaires pour les seuls membres du Conseil d'administration. Il s'agit d'une augmentation de 5.3% depuis 2012. Tout cela arrive au moment où la STM vient d'annoncer qu'elle appliquera un budget d'austérité.

Marx avait raison !

« Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme. » Ainsi commence le Manifeste du Parti communiste. Plus de 160 ans après l’écriture de ces mots, le spectre du marxisme raisonne comme jamais, le nombre de ses sympathisants et détracteurs grandissant quotidiennement. Pourquoi la pensée du vieil allemand, étudiant de philosophie, est-elle aussi controversée? Si les riches et puissants consacrent tant d’efforts à tenter d’abattre le marxisme, c’est probablement parce qu’il est loin d’être mort; probablement parce qu’il démasque leur système, le capitalisme, et qu’ils doivent tout faire pour cacher ce fait aux masses de gens, particulièrement aux travailleurs et aux jeunes.

Le mouvement anti-austérité : une perspective socialiste

 

Nous vivons une époque de crise du capitalisme. L’austérité est devenue le principal objectif des gouvernements autour du globe, qui nous disent constamment que « tout le monde doit faire sa part » et qu’ « il faut se serrer la ceinture ». Les grands médias privés nous inondent d’histoires d’étudiants et de travailleurs de la fonction publique avares et vivant aux dépens des payeurs de taxes, dans le cadre d’une guerre de propagande visant à s’assurer que le public donne son appui aux coupures massives dans les services publics.

 

 

 

 

Sur le fil du rasoir: la société canadienne à sa limite

En apparence, un calme étrange semble s'être posé sur la société canadienne par l'absence manifeste de mouvements de masse ou de grandes luttes ouvrières.  Cependant, il serait incroyablement réducteur de supposer que ce calme suggère une ère de paix ou de stabilité.  Au contraire, la société canadienne repose sur le fil du rasoir et il suffirait de peu pour raviver les luttes de classe.  De tous côtés, le leadership - aussi bien du mouvement ouvrier et de la classe capitaliste - est paralysé, ce qui signifie que les contradictions sous-jacentes de notre société continuent de s'accumuler.

La crise de la dette au Québec : Quelle est la solution ?

 

La dette  provinciale du Québec a gonflé tel un ballon et de façon incontrôlée pendant des années. Cette problématique se manifeste souvent durant les débats politiques  au sein de la sphère publique avec la question suivante : « Où allons-nous trouver l’argent pour ça ? » Ainsi donc, il est important pour tout activiste sérieux et impliqué dans le mouvement de bien comprendre cette question afin d’être correctement armé si jamais il fait face à cette question.