youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Chili : mouvements de masse et grève générale

Les 24 et 25 août derniers, le Chili a été secoué par une grève générale de 48 heures. 400 000 personnes ont participé aux manifestations organisées à Santiago et 600 000 dans tout le pays : travailleurs, étudiants, retraités, chômeurs... Cette grève constituait le point d’orgue d’une série de mobilisations commencées quatre mois plus tôt, en mai, par un puissant mouvement de la jeunesse étudiante. Cette situation met en évidence la crise d’un système qui, malgré une apparente réussite économique, génère des inégalités et un mécontentement croissants. Le succès de la mobilisation est porteur d’espoir pour un pays qui, manifestement, veut en finir avec le système hérité de l’ère Pinochet.

Le discours de Robert Gates illustre la division de l’OTAN

 

Il y a près de 10 ans, George W. Bush et les néo-conservateurs ont profité des attentats du 11 septembre pour engager leur politique étrangère dans la voie de la force militaire brute. Mais après les désastres en Irak et en Afghanistan, et dans le contexte de la plus grave crise économique depuis les années 30, l’humeur a changé.

Remarques sur le VIe congrès du PC Cubain

Longtemps reporté, le VIe congrès du Parti Communiste Cubain (PCC) s’est tenu à la Havane du 16 au 19 avril dernier. Il a adopté le document intitulé : Lignes directrices de la politique économique et sociale du parti et de la révolution. La date du congrès coïncidait avec le 50e anniversaire de la tentative de débarquement américain à la Baie des Cochons, en 1961. Fidel Castro avait alors proclamé le « caractère socialiste de la révolution ».

Le Venezuela et la Libye : soutenir le soulèvement populaire, s’opposer à une intervention impérialiste !

La situation en Libye a donné lieu à d’intenses débats en Amérique latine. Cet article explique quelle est la position de la Tendance Marxiste Internationale, qui soutient le soulèvement du peuple libyen, mais s’oppose à une intervention impérialiste. Nous y analysons également, d’un point de vue critique, les positions de Hugo Chavez et Fidel Castro.

Dans les institutions internationales, les gouvernements cubain et vénézuelien se sont à juste titre prononcés contre toute intervention impérialiste en Libye. Ils ont critiqué l’hypocrisie des pays qui poussent de hauts cris contre les violations des droits de l’homme en Libye – tout en participant aux guerres impérialistes meurtrières en Irak et en Afghanistan, ou en soutenant la répression brutale du peuple palestinien par l’Etat d’Israël.

Venezuela : pour une nouvelle offensive contre l’oligarchie capitaliste !

Le 17 décembre dernier, les députés du Parti Socialiste Unifié du Venezuela (PSUV) ont voté une nouvelle loi d’habilitation qui permet à Hugo Chavez de prendre des mesures rapides, par décret, au cours des 18 prochains mois. Le Président du Venezuela pourra légiférer dans les domaines suivants : infrastructure, transports, services publics, logement, finances, fiscalité, utilisation des terres urbaines et rurales, sécurité civile, défense nationale, coopération internationale et « système socio-économique ».

L’un des objectifs de cette loi est de répondre à l’urgence sociale provoquée par les récentes inondations, qui ont laissé 100 000 Vénézuéliens sans logement. Mais Chavez a clairement expliqué que son objectif dépasse la nécessité de répondre aux besoins immédiats des victimes de cette catastrophe naturelle. Dans son billet hebdomadaire, Las líneas de Chávez, le Président explique : « Il ne s’agit pas seulement de faire face aux conséquences des inondations. Il s’agit aussi de répondre à certains problèmes structurels, inhérents au modèle capitaliste, qui ont aggravé la crise actuelle. » (Últimas Noticias, le 19 décembre 2010).