youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Pour la Ve Internationale !

L’appel du Président Chavez à constituer une nouvelle internationale révolutionnaire, la Ve Internationale, a suscité un débat passionné dans le mouvement ouvrier, en Amérique latine et au-delà. Cette question ne peut pas laisser les marxistes indifférents. Quelle attitude devons-nous adopter à l’égard de cette initiative ?

La première question à laquelle il faut répondre est la suivante : avons-nous besoin d’une Internationale ? Le marxisme est internationaliste – ou il n’est rien. Dès les origines de notre mouvement, dans les pages du Manifeste du Parti Communiste, Marx et Engels écrivaient : « Les travailleurs n’ont pas de patrie ».

Journaliste de Venezuelanalysis.com à Montréal

Le 4 et 5 mars 2010, la Société Bolivarienne du Québec / Hands Off Venezuela a organisé une tournée de Kiraz Janicke, journaliste de venezuelanalysis.com. Des discussions ont été organisées au Collège Dawson, à l'Université McGill, à l'UQAM (Université du Québec à Montréal) ainsi qu'au campus Loyola de l'Université Concordia en collaboration avec le Club socialiste des étudiants de Dawson, le syndicat des enseignants de Dawson, la base de paix de Montréal, la société socialiste de McGill, l'AEMSP-UQAM, et le Collège Loyola international. La tournée fut un grand succès avec un assistance de plus de 150 personnes dans les 4 événements étalés en 2 jours.

La réforme de l'assurance maladie aux Etats-Unis

Ce texte date de fin février 2010, avant le vote du Congrès américain.

Le 2 décembre dernier, aux Etats-Unis, les sénateurs démocrates ont respecté leur engagement d’adopter un projet de réforme de la santé avant Noël. Cependant, pour les travailleurs américains accablés par le coût de plus en plus exorbitant des soins et par la dégradation des prestations des assurances privées (pour ceux qui ont les moyens de se les payer), comme pour les dizaines de millions de personnes qui n’ont aucune couverture santé, le contenu du projet démocrate est très loin du compte.

Venezuela : la crise économique et la lutte pour le contrôle ouvrier

Frappée par la crise économique mondiale et la chute des recettes pétrolières, la révolution bolivarienne est entrée dans une phase critique. Après une série de nationalisations, c’est paradoxalement le secteur privé qui connaît la plus forte croissance, passant de 64,7% du PIB, en 1998, à 70,9% en 2008.

De fait, le secteur des services progresse, puisque les recettes pétrolières qui financent les programmes sociaux finissent par bénéficier aux commerces et aux banques, contrôlés dans leur immense majorité par les capitalistes.

Ce sont des entreprises capitalistes qui importent de l’étranger – à un taux de change qui leur est très favorable – les produits que consomment les Vénézuéliens, car ce sont encore les chaînes privées qui dominent la grande distribution, bien que les distributeurs publics Mercal et Pdval jouent un rôle non négligeable dans la commercialisation des produits de base.

Conférence portant sur les sept bases militaires étasuniennes en Colombie

Le 30 octobre dernier les gouvernements de la Colombie (Álvaro Uribe) et des États-Unis (Barack Obama) signèrent un accord permettant aux États-Unis d'utiliser pour une période de dix années consécutives sept bases militaires sur le territoire colombien. Cet accord, dont la légitimité reste à discuter, permet également aux États-Unis d'utiliser les pistes d'atterissage commerciales en Colombie en plus d'y obtenir l'impunité diplomatique complète pour tous leurs 800 militaires et leurs 600 "contracteurTRICEs".  Sous le prétexte de la lutte contre le narco-traffic, cette entente représente une attaque contre la souveraineté de la Colombie et un atteinte directe à la stabilité politique en Amérique latine.