youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Les élections au Venezuela : un sérieux avertissement

Des élections législatives se sont tenues, au Venezuela, le 26 septembre dernier. Il s’agissait de renouveler les 165 membres de l’Assemblée nationale, qui étaient tous originellement « pro-Chavez », du fait du boycott des élections par l’opposition, en 2005.

Le PSUV (Parti Socialiste Unifié du Venezuela) a gagné ces élections en remportant 98 sièges, contre 65 pour l’opposition. Cependant, si l’on compare le nombre de votes exprimés, l’écart entre le PSUV et l’opposition est faible : 5,22 millions de voix pour le PSUV (46,62 %) contre 5,05 millions pour l’opposition (45,10 %).

Si on analyse les résultats Etat par Etat, il est clair que la révolution a perdu du terrain dans plusieurs Etats importants. Dans celui d’Anzoátegui, par exemple, où le gouverneur Tarek William est officiellement chaviste, le PSUV a subi une sérieuse défaite, avec 5 fois moins de députés que l’opposition. Les régions les plus peuplées sont tombées aux mains de l’opposition. Dans celles où le PSUV a remporté l’élection, c’est souvent d’une courte tête, comme à Caracas où l’un des candidats du parti, par exemple, n’avait que 4000 voix d’avance.

Elections législatives au Venezuela – Signez l’appel de « Pas touche au Venezuela ! »


Les élections législatives du 26 septembre prochain, au Venezuela, marqueront un tournant dans la révolution bolivarienne. L’enjeu n’est pas uniquement de déterminer une majorité parlementaire. Le résultat de ces élections sera décisif pour le processus révolutionnaire dans son ensemble.

La révolution bolivarienne a plongé de profondes racines dans le peuple vénézuélien. Elle a bénéficié aux travailleurs, aux paysans et aux couches les plus pauvres de la population, et ce dans plusieurs domaines : éducation et santé publiques, développement des infrastructures de base, contrôle public d’industries stratégiques, début de la réforme agraire, etc.

L’exemple du Venezuela est une inspiration pour les travailleurs, les paysans et les pauvres qui, en Amérique latine et dans le monde entier, luttent contre la domination impérialiste, la pauvreté et l’exploitation.

Pour la Ve Internationale !

L’appel du Président Chavez à constituer une nouvelle internationale révolutionnaire, la Ve Internationale, a suscité un débat passionné dans le mouvement ouvrier, en Amérique latine et au-delà. Cette question ne peut pas laisser les marxistes indifférents. Quelle attitude devons-nous adopter à l’égard de cette initiative ?

La première question à laquelle il faut répondre est la suivante : avons-nous besoin d’une Internationale ? Le marxisme est internationaliste – ou il n’est rien. Dès les origines de notre mouvement, dans les pages du Manifeste du Parti Communiste, Marx et Engels écrivaient : « Les travailleurs n’ont pas de patrie ».

Journaliste de Venezuelanalysis.com à Montréal

Le 4 et 5 mars 2010, la Société Bolivarienne du Québec / Hands Off Venezuela a organisé une tournée de Kiraz Janicke, journaliste de venezuelanalysis.com. Des discussions ont été organisées au Collège Dawson, à l'Université McGill, à l'UQAM (Université du Québec à Montréal) ainsi qu'au campus Loyola de l'Université Concordia en collaboration avec le Club socialiste des étudiants de Dawson, le syndicat des enseignants de Dawson, la base de paix de Montréal, la société socialiste de McGill, l'AEMSP-UQAM, et le Collège Loyola international. La tournée fut un grand succès avec un assistance de plus de 150 personnes dans les 4 événements étalés en 2 jours.

La réforme de l'assurance maladie aux Etats-Unis

Ce texte date de fin février 2010, avant le vote du Congrès américain.

Le 2 décembre dernier, aux Etats-Unis, les sénateurs démocrates ont respecté leur engagement d’adopter un projet de réforme de la santé avant Noël. Cependant, pour les travailleurs américains accablés par le coût de plus en plus exorbitant des soins et par la dégradation des prestations des assurances privées (pour ceux qui ont les moyens de se les payer), comme pour les dizaines de millions de personnes qui n’ont aucune couverture santé, le contenu du projet démocrate est très loin du compte.