youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

revolutionary ideas FB bannerFR

Manifeste international sur la révolution arabe – 1ère partie

Nous publions ci-dessous la première partie du Manifeste de la Tendance Marxiste Internationale (TMI) sur la révolution arabe. Pour l’essentiel, ce texte a été achevé le 14 mars dernier. Nous publierons prochainement les deuxième et troisième parties.

La révolution arabe est une grande source d’inspiration pour la jeunesse et les travailleurs du monde entier. Elle a affecté tous les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Elle a des répercussions aux quatre coins du globe. C’est un tournant de l’histoire mondiale.

Ces événements ne sont pas des accidents isolés indépendants du processus révolutionnaire à l’échelle internationale. Nous assistons aux toutes premières phases de la révolution socialiste mondiale. Le même processus général se développera partout, à des rythmes différents. Inévitablement, il y aura des flux et des reflux, des défaites et des victoires, des déceptions et des succès. Nous devons nous y préparer. Mais la tendance générale sera marquée par une énorme accélération de la lutte des classes, à l’échelle internationale.

La révolution arabe n’a pas de frontières !

Les révolutions en Tunisie et en Egypte ont donné une formidable impulsion à la révolte des peuples d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Libye, Jordanie, Maroc, Algérie, Yémen, Bahreïn, Irak, Iran, Djibouti : la vague révolutionnaire déstabilise une dictature après l’autre. La pauvreté écrasante, l’oppression, l’exploitation et l’absence totale de libertés démocratiques ont fini par exaspérer les masses, qui se sont projetées à l’avant-scène de l’histoire. Ces révolutions sont de magnifiques démonstrations de la force révolutionnaire qui réside dans les travailleurs et la jeunesse.

Moubarak renversé ! Révolution jusqu’à la victoire !

Le tyran est parti ! Après 18 jours de mobilisations révolutionnaires, après plus de 300 morts et des milliers de blessés, Hosni Moubarak a démissionné. C’est une grande victoire, non seulement pour le peuple d’Egypte, mais pour les travailleurs du monde entier. C’est le résultat d’un magnifique mouvement des masses, qui ont tenu tête aux balles et aux matraques de la police, et qui ont courageusement résisté à chacun des assauts de la réaction.

Après le discours de Moubarak, jeudi soir, l’atmosphère était saturée de colère. Hier, à Port Saïd, cinq bâtiments gouvernementaux ont été incendiés. Des manifestants ont bloqué des routes. A Suez et Asyut, le peuple a occupé des bâtiments officiels. A El Arish, il y avait des dizaines de milliers de manifestants, dont environ un millier de jeunes ont attaqué des commissariats avec des cocktails Molotov. A Alexandrie, 200 000 personnes se sont rassemblées devant le palais Ras-el-Tin et ont fraternisé avec les marins, qui leur ont donné de la nourriture. A Damiette (1 million d’habitants), 150 000 personnes étaient dans la rue et faisaient le siège des commissariats et de bâtiments gouvernementaux. Et ainsi de suite. Toutes les villes du pays étaient en ébullition.

Egypte : la révolution entre dans les entreprises

La révolution égyptienne a franchi un cap décisif, ces derniers jours. Des grèves, parfois accompagnées d’occupations ou de sit-in, se développent dans tout le pays. Les travailleurs interviennent comme une force révolutionnaire indépendante. Dans certains cas, ils expulsent les managers détestés et les dirigeants syndicaux corrompus. La révolte se développe également dans les universités.

Hier, mercredi 9, les travailleurs des télécoms du Caire étaient en grève. La grève semblait gagner d’autres villes, dont Maadi et Alexandrie. Les travailleurs protestent contre la corruption et les bas salaires.