youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

revolutionary ideas FB bannerFR

La révolution iranienne a commencé

La révolution iranienne a commencéHier, j’écrivais que la révolution iranienne a commencé. En quel sens est-ce vrai ? Lénine a expliqué quelles sont les conditions d’une situation révolutionnaire. Premièrement, la classe dirigeante doit être divisée et incapable de gouverner avec les mêmes méthodes que par le passé. C’est évidemment le cas en Iran. Deuxièmement, les classes moyennes doivent vaciller entre révolution et contre-révolution. C’est aussi le cas en Iran, où des sections décisives des classes moyennes manifestent contre le régime. Troisièmement, les travailleurs doivent être déterminés à se battre. Il y a eu plusieurs vagues de grèves croissantes, en Iran, dans la période précédant les élections.

Iran : Khamenei jette le gant – les travailleurs commencent à se mobiliser

Iran : Khamenei jette le gant – les travailleurs commencent à se mobiliser
Lors de son sermon de vendredi, l’Ayatollah Ali Khamenei, Guide Suprême de l’Iran, a jeté toute son autorité en faveur d’Ahmadinejad et directement menacé de répression ceux qui protestent contre la fraude électorale. Il a rejeté les accusations de fraude et proclamé la « victoire définitive » d’Ahmadinejad. Il a également accusé l’Occident de s’ingérer dans les affaires internes de l’Iran.

Liban : les puissances impérialistes à la manœuvre

La défaite de l’invasion israélienne du Liban, en 2006, a eu des conséquences sociales et politiques majeures en Israël, mais aussi et surtout au Liban, comme en témoignent les événements récents. Dans la foulée de la guerre, les puissances impérialistes qui avaient soutenu l’invasion – dont la France – réclamaient le désarmement du Hezbollah. Chirac avait même envoyé un contingent militaire, sur place, dans l’objectif officiel d’accomplir cette mission. C’était pourtant absolument exclu. Comme nous l’écrivions au lendemain de la guerre :

« L’armée française et les autres contingents de la FINUL ne pourront pas désarmer le Hezbollah. La FINUL ne pourra pas faire ce dont l’armée israélienne s’est montrée incapable. Et ce ne sont pas quelques chars Leclerc qui y changeront quoi que ce soit. Les chars tout aussi puissants – et bien plus nombreux – de l’armée israélienne se sont révélés complètement impuissants face à la résistance libanaise. La moindre tentative de désarmer le Hezbollah, de la part de la France ou des autres pays participant à la force multinationale, déclencherait immédiatement une nouvelle guerre. […]