youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

En Espagne, la lutte commence à porter ses fruits

La lutte des habitants du quartier populaire, le Gamonal, à Burgos, a abouti à une victoire qui peut faire tache d'huile. Les derniers mois en Espagne donnent une image différente de ce qu’on a vu des dernières années. Pendant des mois, on a vu des mobilisations de masse avec des millions ‘d’indignés’ qui manifestaient contre le système. À première vue, ces mobilisations n’ont abouti à rien. Les occupations des places et des rues ont créé les conditions pour une nouvelle étape dans la lutte, c’est-à-dire des mobilisations qui aboutissent avec des objectifs plus concrets.

Municipales au Venezuela : victoire du camp révolutionnaire

L ors des élections municipales du 8 décembre dernier, le mouvement révolutionnaire vénézuélien a remporté une nouvelle victoire face à l’oligarchie et l’impérialisme. Le Parti Socialiste Unifié du Venezuela (PSUV) et ses alliés du Grand Pôle Patriotique (GPP) ont recueilli 5,1 millions de voix (49,2 % des suffrages), contre 4,4 millions de voix pour l’opposition (42,7 %). Si on ajoute les candidats bolivariens extérieurs au GPP, le résultat des forces progouvernementales s’élève à plus de 54 % des suffrages. Le taux de participation était de 58,9 %, contre 54 % lors des élections régionales de décembre 2012.

Que se passe-t-il en Ukraine ?

Cet article a été écrit le 12 décembre dernier.

Les manifestations en Ukraine sont présentées par les médias de masse comme exprimant le désir des Ukrainiens de voir leur pays rejoindre l’Union Européenne. Cependant, quiconque a suivi la situation en Ukraine au cours des deux dernières décennies comprendra que les griefs ne sont pas limités à la question d’adhésion à l’UE.

Hommage à Mandela : les huées de la foule embarrassent Zuma et effraient la bourgeoisie

Le jour de l’hommage national à Nelson Mandela a tourné au désastre pour la bourgeoisie, l’ANC et le Président Jacob Zuma, quand les masses ont tout chamboulé et pris leur place au cœur de l’évènement. Environ 90 chefs d’Etat, présidents, premiers ministres, rois, magnats des affaires et dignitaires étrangers des quatre coins du globe sont venus assister au service funéraire de l’ancien président Nelson Mandela. Mais ces « gens respectables » se sont retrouvés face à une foule composée de 60 000 personnes ordinaires émues, défiantes et bruyantes au FNB Stadium de Soweto. Le résultat fut un énorme embarras pour ces « gens respectables » et en particulier pour le Président Zuma, conspué par la foule au milieu d’un déferlement d’émotions brutes.