laripostelogo

                   Journal de la Tendance Marxiste Internationale

mercredi, juillet 30, 2014

facebooklogocolour

Le résultat des dernières élections législatives, en Allemagne, a reflété de profonds changements au sein de l’électorat. Le déclin massif du vote SPD a une importance particulière, de même que la nette progression de Die Linke, qui se tient sur la gauche du SPD. Nous publions ci-dessous un article de notre camarade allemand Hans-Gerd Öfinger, militant de Die Linke et rédacteur au journal marxiste Der Funke (« L’Etincelle »).
Les résultats des élections du dimanche 27 septembre, en Allemagne, signifient que les grands capitalistes allemands vont avoir le type de gouvernement qui leur convient le mieux : une coalition des deux partis bourgeois traditionnels – les Chrétiens Démocrates (CDU/CSU) et les libéraux (FDP) – reposant sur une majorité stable, dans le nouveau parlement (Bundestag).

Le mardi 22 septembre, la police et l’armée ont violemment attaqué des milliers de partisans du président légitime du Honduras, Mel Zelaya, qui s’étaient rassemblés devant l’ambassade du Brésil. Zelaya avait été renversé par un coup d’Etat, le 28 juin dernier. Depuis, les travailleurs, les paysans et la jeunesse ont maintenu un mouvement de résistance héroïque face au gouvernement putschiste de Micheletti. A la surprise générale, Zelaya est parvenu à rentrer au Honduras et à trouver refuge dans l’ambassade du Brésil, le lundi 21 septembre, d’où il a lancé un appel à la mobilisation populaire pour le protéger.

Lundi matin, il a été confirmé que Mel Zelaya, le président légitime du Honduras, est actuellement dans la capitale du pays, Tegucigalpa, et plus exactement dans l’ambassade brésilienne. Le président Zelaya y a lancé un appel au peuple du Honduras pour qu’il sorte le protéger. Des dizaines de milliers de personnes ont répondu à cet appel.

Zelaya a été renversé par un coup d’Etat organisé par l’oligarchie, le 28 juin dernier. Depuis, les travailleurs, les paysans et la jeunesse du pays ont mené une lutte héroïque contre les putschistes, qui ont répondu par une répression brutale, des assassinats ciblés, des arrestations massives et un blocus médiatique. C’est uniquement la résistance des masses, dirigée par le Front National de Résistance contre le Coup, qui a permis le retour de Zelaya au Honduras – et non les manœuvres diplomatiques ou la pression internationale (très faible) sur le régime.

Cet article date d’août 2009

Deux mois après le coup d’Etat au Honduras, le 28 juin dernier, la résistance populaire contre les putschistes se poursuit, invaincue. A l’heure où ces lignes sont écrites, les grèves, les rassemblements et les manifestations n’ont pas cessé. La répression brutale, les arrestations, les assassinats ciblés de militants et le quadrillage militaire du pays ne sont pas venus à bout d’un mouvement dont l’organisation s’est renforcée – et qui tire des conclusions politiques de plus en plus radicales.

Événements

No events