youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

La révolution chinoise (1911-1927)

1911, LA PREMIÈRE RÉVOLUTION

Le 1er juillet 1921, le Parti Communiste Chinois était fondé lors d’un congrès clandestin dans la concession française de Shanghai. Le parti qui se créait ainsi ne comptait alors que 57 membres en tout et pour tout. Aujourd’hui, alors que la presse bourgeoise de tous les pays s’extasie ou s’affole devant les chiffres impressionnants de la croissance de l’économie chinoise [1], il est utile de revenir sur ce qui reste une des principales « occasions manquées » de la révolution socialiste mondiale : la révolution chinoise de 1925-1927.

La crise du capitalisme européen

La crise de l’euro fait penser à une interminable agonie. Les « sommets décisifs » se succèdent, chacun proclamant la fin de la crise. Chaque fois, les marchés boursiers se relèvent pendant quelques heures, au mieux quelques jours, avant de rechuter. Les bourses européennes ressemblent à un thermomètre enregistrant l’évolution d’un malade en phase terminale.

Elections en Egypte : que signifie la victoire des Frères Musulmans ?

Le candidat des Frères Musulmans, Mohammed Mursi, a remporté l’élection présidentielle en Égypte avec 51,73 % des voix. Ahmed Shafiq, le candidat de l’armée, a obtenu 48,27 % selon la commission électorale. Toutefois, ces chiffres doivent être considérés avec prudence.

Paraguay: vaincre le coup d’Etat par la mobilisation!

Comme dans l'acte final d'une farce, Fernando Lugo a été destitué de sa charge de Président constitutionnel du Paraguay, poste auquel il a été élu avec une forte majorité populaire en 2008, après 61 ans de gouvernements et dictatures du parti Colorado. Le coup d’Etat parlementaire représente la réaction à un processus qui, malgré ses nombreuses contradictions, a ouvert des espaces de participation populaire dans un pays dominé par les propriétaires terriens et les multinationales. Cette participation doit donc aujourd’hui se traduire en mobilisation pour défendre et élargir ce processus.

États-Unis : la destruction capitaliste de Détroit

Bien avant que la crise actuelle du capitalisme ne secoue l’ensemble du pays, l’Etat du Michigan nous avait donné un aperçu de l’avenir. Le Michigan était autrefois le cœur de l’industrie automobile américaine, particulièrement les villes de Détroit et Flint. Dans les 70 et 80, les « Big Three » (les 3 Grands : General Motors, Ford et Chrysler) ont commencé à y réduire leur production. A la recherche de plus bas coûts de production, ils ont accéléré les cadences, taillé dans les salaires et procédé à des licenciements. Ils ont aussi déplacé la production vers d’autres pays ou d’autres Etats américains moins syndiqués.