youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

revolutionary ideas FB bannerFR

12144655 763801547086676 2839535174104686110 nLes Canadien-nes ont voté pour le changement et rejeté l'austérité des conservateurs de Harper. Après une décennie passée au pouvoir et une campagne historiquement longue, l'ère des coupures du Parti conservateur est terminée. Cependant, le parti travailliste du Canada, le NPD, n'a pas su utiliser à son avantage le sentiment général anti-austérité qui se trouve au sein de la population canadienne.

Sous la direction de l'ancien libéral Tom Mulcair, le parti a effectué un tournant vers la droite et adopté le ton de la modération extrême. Cela a désillusionné la population qui voulait du changement et a permis aux libéraux de Justin Trudeau de combler le vide politique à gauche. Les libéraux ont su s'adapter au sentiment anti-conservateur et anti-austérité. Ils ont réussi à se hisser de la troisième place au premier rang et à gagner un gouvernement majoritaire.

Résultats:

Parti                          Sièges               %

Libéral                         184 (+150)   39.5% (+20.6)

Conservateur              99 (-67)         31.9% (-7.7)

NPD                              44 (-59)         19.7% (-10.9)

Bloc québécois          10 (+6)          4.7% (-1.2)

Vert                            1 (+0)             3.4% (-0.5)

Au début du mois d'août, quand la campagne a commencé, il y avait un espoir réel que le Nouveau Parti démocratique fasse une percée historique et gagne pour la première fois une élection fédérale. Le NPD était en première place dans les sondages grâce à son opposition au projet de loi «anti-terroriste» C-51 qui s'attaque aux droits de la personne, projet de loi qui avait aussi l'appui des libéraux de Trudeau. Il y avait un sentiment croissant de colère à propos de la corruption et des attaques du gouvernement Harper. De l’abolition de la livraison du courrier à domicile aux histoires des sénateurs conservateurs qui se servent dans les fonds publics, les raisons se multipliaient pour que les gens demandent du changement.

Le Nouveau Parti démocratique s'était hissé au second rang lors des élections fédérales de 2011 grâce à la «vague orange» au Québec, où ils avaient gagné 59 sièges. Toutefois, après la mort du chef Jack Layton, Tom Mulcair, un ancien libéral du Québec, a gagné la course à la chefferie et a orienté le parti vers la droite. En 2013, le parti a voté pour retirer toute mention de socialisme de la constitution du parti et plus particulièrement toute mention de l’engagement envers la propriété sociale. Cela a mené le parti à une série de défaites dans des élections partielles et des élections provinciales et à un retour à leur traditionnel support d'à peu près 20% dans les sondages.

Cependant, à l'automne 2014, le corps dirigeant du NPD a décidé de s'orienter vers la gauche. Ils ont adopté un salaire minimum de 15$, un plan pour des garderies à 15$ par jour, une augmentation de l’impôt des entreprises et une opposition à la mission anti-ÉI en Syrie et au projet de loi C-51 déjà mentionné. Cela a propulsé le parti en première place dans les sondages. Quand l'élection a commencé en août, la controverse du moment était le scandale du Sénat qui affectait autant les conservateurs que les libéraux. À ce moment, certains sondages mettaient l’appui du NPD à 40%, c'est-à-dire assez pour former un gouvernement majoritaire.

C'est à ce moment que la bureaucratie du parti est retournée à sa politique de modération. Plutôt que d'orienter son discours vers la population, vers les travailleurs-euses, les bureaucrates ont décidé de s'adresser à Bay Street – le lieu central de la bourse à Toronto, mais aussi des grandes banques et des bureaux d’entreprises canadiennes. Lorsqu'un vieux discours de Mulcair où il encensait Margaret Thatcher fut diffusé, le leadership du parti l'a accueillit comme une preuve du sérieux fiscal de leur chef! Cela a été suivi par un engagement à opérer quatre budgets équilibrés basés sur les finances de Stephen Harper. Les gens ont commencé à se demander si les réformes du NPD pouvaient réellement voir jour à l'intérieur de ce cadre fiscal limité.

Pour rendre le tout encore pire, le leadership du parti a dévoilé ses plans de gaspiller 250 millions de dollars pour engager plus de policiers, d'opérer une réduction de 2% des impôts des petites entreprises et de renvoyer du parti n'importe quel candidat qui était critique des actions meurtrières de l'État d'Israël. L'hypocrisie fut poussée à son comble lorsque, par la suite, il fut révélé qu'un candidat du NPD s'opposait à l'avortement et au mariage gai, mais que le leadership du parti n'en ferait rien, parce que «le candidat en question ne faisait qu'exprimer des opinions personnelles!»

Après la Fête du Travail, le festival des publicités électorales a réellement commencé. Un parti diffusait un slogan disant : «Augmentez les impôts pour le 1% le plus riche et coupez-les pour la classe moyenne». Le slogan d'un autre parti était : «Leader expérimenté. Plan concret.» Quel était le slogan du parti «socialiste» fondé par les syndicats? Le second, terne et vide de contenu, bien entendu!

Les libéraux, le «parti gouvernant naturel» du Canada, ont fait l'erreur stratégique de montrer leurs vraies couleurs en supportant le projet de loi C-51. Mais grâce à l’horrible campagne du NPD, ils avaient maintenant une opportunité en or de faire leur supercherie habituelle, c'est-à-dire faire campagne à gauche pour, par la suite, gouverner dans les intérêts de Bay Street. Trudeau a même eu l'audace de ramener l’héritage de l'ancien dirigeant et fondateur du NPD Tommy Douglas, le fondateur de l'assurance santé qui fut proclamé «le meilleur canadien», en disant à Mulcair «Vous ne pouvez pas être Tommy Douglas avec un budget à la Stephen Harper».

Les libéraux ont adopté une rhétorique anti-austérité et ont proposé d'investir pour stimuler l'économie et de présenter des budgets déficitaires. Ils ont mis en onde des publicités qui disaient «Les idées de Stephen Harper d'avantager les riches et couper dans les services de tous les autres a rendu la vie difficile aux travailleurs-euses. Et maintenant, Mulcair promet plus de coupures. Ce moment n'est certainement pas le bon pour faire des coupures.» Mulcair a répondu à cela en critiquant Trudeau à partir de la droite à propos de son imprudence de vouloir faire des déficits. Andrew Thomson, ancien ministre des finances de la Saskatchewan et candidat-vedette de Toronto, est même allé jusqu'à dire que certaines coupures sont «inévitables».

Les détails des réformes du NPD furent dévoilés et il fut découvert que, basées sur le budget équilibré de Harper, elles ne pourront pas être mises en place avant très longtemps. Les libéraux ont tourné cette situation à leur avantage en rétorquant : «Les idées [de Mulcair] pour notre économie sont à 8, 10, ou 20 années d'ici. Parce que, comme Harper, il veut éliminer le déficit sur-le-champ.» Cela a eu des conséquences désastreuses au Québec où les travailleurs-euses et la jeunesse combattent l'austérité imposée par le gouvernement provincial depuis une période prolongée et n'ont pas envie d'attendre pour le changement. À partir de la mi-septembre, le NPD est entré en déclin final comme on peut le voir dans le graphique ci-dessus illustrant l'évolution des sondages.

Peut-être que nous, marxistes, sommes trop durs avec le leadership du NPD et présentons une analyse dans le but de nous donner raison? Toujours est-il que nous ne sommes pas les seuls qui partageons cette opinion, comme nous pouvons le voir dans ces diverses coupures de journaux :

Le tournant désastreux du NPD vers le centre mou :

«Le meilleur exemple de la volonté de Mulcair pour signaler mais pas nécessairement pour livrer le changement est sa position cynique de présenter un budget équilibré. Comme nous l'avons vu depuis plusieurs années au cours de la dernière décennie, les Canadien-nes accepteront le déficit budgétaire si les politiciens en démontrent la nécessité. Le budget promis par le NPD nous dit qu'il y aura très peu de changement au sujet des dépenses du gouvernement actuel, ou que le parti pense qu'il faut parler ainsi pour être pris au sérieux.»

Trudeau est le seul leader susceptible de remporter la prochaine élection:

«Ce qui a vraiment fait battre de l'aile à la campagne de Mulcair a été un excès de prudence et un échec à présenter le parti comme un agent de changement convaincant et décisif. Sur ce point, les libéraux n'ont pas dérobé le sol sous les pieds des néo-démocrates. Ces derniers l'ont laissé vacant pour que Trudeau l'occupe.»

Mulcair interprète mal électorat, dilapide son appui:

«En se déplaçant vers le centre politique dans l'espoir d'apaiser les préoccupations des électeurs quant à savoir si le NPD est digne de confiance avec les finances de la nation, le parti a exposé son flanc gauche. Cela a créé une ouverture à exploiter pour les libéraux".

Thomas Mulcair présente une plateforme budgétaire un peu timide:

«Jim Flaherty aurait pu signer le cadre financier que le NPD a présenté mercredi. Il emprunte davantage des budgets du défunt ministre des Finances qu'il offre un contenu original ...

[I]l est difficile de relier suffisamment de points pour obtenir un portrait global d’un premier gouvernement néo-démocrate fédéral. Mais en lisant entre les lignes du cadre budgétaire, ce gouvernement ressemble peu à ce qui était digne de soixante ans d'attente pour la gauche canadienne.»

Lorsqu'on leur a présenté les commentaires ci-dessus, les militants du NPD répondent que tout cela est un complot de l’establishment médiatique pro-libéraux. Mais même The Economist, basé à Londres au Royaume-Uni, a estimé que «Le facteur décisif dans l'élection fut un effondrement du soutien pour le Nouveau Parti démocratique de tendance gauchiste, en tête au début de la course. La campagne prudente du NPD a conduit les électeurs qui cherchaient le changement dans le camp libéral.»

Le rapport poursuit : «La plupart (58%) favorise un changement qui serait senti rapidement, plutôt que progressivement (42%). Ceci est le consensus dans les trois provinces avec le plus de sièges. Parmi les électeurs-trices hésitant entre le NPD et les libéraux, 65% veulent du changement plutôt tôt que tard.

Justin Trudeau est considéré comme le chef qui représente le changement ambitieux (63%) et les changements qui se feront sentir bientôt (60%). Thomas Mulcair est plus identifié avec le changement modéré (60%) qui arrivera plus progressivement (59%). Cela désavantage le chef du NPD par rapport à M. Trudeau parmi les électeurs-trices hésitants entre les libéraux et le NPD.»

Et pourtant, après une raclée sans précédent, perdant tous les sièges dans les Maritimes, chaque siège à Toronto, y compris l'ancienne circonscription de Jack Layton de Toronto Danforth, plus de deux tiers de ses sièges au Québec, la clique de droite à la tête du parti refuse de reconnaître la réalité. Le matin, après la défaite il y a eu un diktat à l'effet qu'aucun ancien député néo-démocrate ne pourrait apparaître devant les médias. Au lieu de cela, à Toronto ils ont exhibé le «pro-coupures» Andrew Thomson pour qu'il dise que rien de mal n'a été fait et qu'il n'y avait rien de mal avec la plateforme du parti. Ceci en dépit du fait que ce «candidat-vedette» du NPD a recueilli seulement 6% des voix! Mulcair se cache et refuse de démissionner, tout comme l'ancien chef du Parti libéral, Michael Ignatieff, après sa défaite électorale en 2011. Si la perte de 60% de vos sièges et d’une avance confortable avec 40% dans les sondages n'est pas une bonne raison de démissionner, alors nous ne savons pas ce qui en serait une. Même les conservateurs ont montré un degré plus élevé de responsabilité et d'auto-critique, avec M. Harper démissionnant et Kenney appelant à la «responsabilité collective» pour la défaite.

Pour revenir à la campagne, les conservateurs de Stephen Harper, sentant venir la défaite, ont décidé d'utiliser l'islamophobie et le racisme pour essayer de sauver leur gouvernement. Ils ont parlé à propos des Canadien-nes «de vieille souche» et ont suscité l'hystérie sur les femmes musulmanes portant le niqab lors des cérémonies d’assermentation. D'une manière répugnante, le Bloc québécois s’est joint à eux dans cette tirade, qui a conduit à des abus et des agressions contre les femmes musulmanes. Le NPD s'est correctement opposé à cette distraction délibérée qui ne concernait que 2 femmes. Certains bureaucrates du parti imputent la réduction de l'appui au NPD à cette position de principe, mais cela n'explique pas comment les libéraux, qui se sont également opposés à cette islamophobie, ont également été en mesure de faire des gains à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du Québec. En général, ce stratagème conservateur de division a été considéré comme un geste exagéré de désespoir, qui s'est finalement retourné contre eux quand Harper a commencé à parler de mettre en vigueur l'interdiction du voile pour les travailleuses du secteur public.

Le jeu de clôture de l'élection a été la signature de l'accord commercial du Partenariat transpacifique dans les quelques dernières semaines de la campagne. Dans un acte rédempteur final, le NPD s'est opposé à cet accord, qui enracinera le pouvoir des entreprises contre les intérêts des travailleurs-euses au Canada et dans toute la région couverte. Il y a eu une légère hausse des appuis au NPD, qui peut avoir contribué à sauver quelques sièges dans la région industrielle du sud de l'Ontario, mais c'était trop peu, trop tard. Malgré le soutien tacite des libéraux au PTP, il n'y a pas eu assez de temps pour expliquer la question aux électeurs-trices. On se demande également si la direction du parti aurait pris une telle position claire si le PTP avait été sorti en août lorsque le NPD cherchait à apaiser Bay Street, plutôt qu'en octobre quand ils se sont précipités pour se distinguer des libéraux sur n’importe quelle question.

La dernière semaine de la campagne a été dominée par le discours du «n'importe qui sauf Harper» et le vote stratégique. Les sondeurs estiment que jusqu'à 30% de l'électorat votait «stratégique» pour n'importe quel parti qui pourrait vaincre les conservateurs. Il y a eu un enthousiasme accru pour renverser les conservateurs, comme le montre l’augmentation de 7% dans le taux de participation aux élections, à 68% cette année. Après l'échec du NPD de proposer un changement immédiat, ce vote s'est cristallisé autour de Trudeau, faisant reculer le parti jusqu’à son niveau de support pré-2011 de 20% au fédéral.

Une opportunité historique a été perdue. Le NPD se lamente de l’opposition de la presse capitaliste, ou du manque de représentation proportionnelle, mais ce ne sont pas là des éléments nouveaux, ils sont seulement les règles actuelles du jeu politique. C’est comme se plaindre d’avoir perdu aux échecs parce que ce n’était pas un jeu de dames. Le NPD reconnait que le vote s’est cristallisé autour de Trudeau qui représentait le changement, mais n’a aucune compréhension du fait qu’il était parfaitement possible pour lui d’adopter des politiques permettant de capturer cet état d’esprit. Cela aurait fait une grande différence si les réformes proposées par le parti sur le système de garderies, le régime pharmaceutique, le salaire minimum, etc., auraient été proposées pour être introduites immédiatement, plutôt que dans un futur éloigné.

Mulcair tente de s’accrocher comme chef du NPD et il n’est pas difficile de savoir pourquoi. Tant la droite que la gauche du mouvement a appris de la victoire sans précédent du socialiste Jeremy Corbyn dans le Parti travailliste britannique. Les Blairistes ont fait l’erreur de lui accorder une place dans la course à la chefferie, ce qui a déchaîné des forces hors de leur contrôle. Les Blairistes canadiens aimeraient mieux garder leur poigne de fer sur le parti et continuer leur stratégie perdante de modération plutôt que d’allouer la possibilité qu’une alternative de gauche se cristallise dans une course à la chefferie. Si le NPD doit être sauvé, des gauchistes comme Niki Ashton et Jenny Kwan doivent se lever et demander un tournant à gauche et un renouveau de la direction. Alexandre Boulerice de Montréal a aussi été réélu et a parfois penché à gauche. Erin Weir en Saskatchewan pourrait aussi jouer un rôle similaire. L’auteure de gauche Naomi Klein a tweeté : «Les libs ont tourné à gauche et ont monté. Le NPD a tourné à droite et s’est écrasé. Maintenant il n’en tient qu’au public de transformer une stratégie cynique en action.» Continuer sur la voie de la modération est une stratégie qui promet d’augmenter l’inutilité et le déclin du NPD. Seul un tournant à gauche peut sauver le parti dans les années de crise capitaliste et d’austérité libérale à venir.

Le discours de victoire de Justin Trudeau était aussi nauséabond que vide. Les libéraux ont gagné sur la base d’un vote anti-austérité, mais ils ne sont pas un parti anti-austérité. Ils vont suivre la tactique des libéraux ontariens, qui ont gagné en faisant campagne à gauche pour amoindrir le NPD, et qui sont maintenant en train d’implanter des privatisations et des coupures. La «stimulation de l’économie» promise par Justin est basée sur des partenariats public-privé. Il va signer le PTP, qui va affaiblir le secteur manufacturier canadien, et la loi C-51, qui va affaiblir les libertés civiles. Tôt ou tard cette réalité va frapper avec choc ceux et celles qui ont voté libéral.

 Trudeau va vraisemblablement avoir une période de lune de miel d’un an environ. Le renversement des éléments les plus détestables du régime de Harper va sans doute être très populaire, tout comme la simple présence de nouveaux visages après une décennie de hargneux réactionnaires, de conservateurs «de vieille souche». Mais tôt ou tard la réalité politique et économique va prendre le dessus. Vers la fin de la campagne il est devenu clair que le vieux Parti libéral – celui du scandale des commandites et des lobbyistes d’entreprises – est toujours bien en vie. Dans les derniers jours, le coprésident du comité de la campagne nationale de Trudeau, Dan Gagnier, a été forcé de se retirer après qu’on ait appris qu’il avait envoyé un courriel détaillé à TransCanada, l’entreprise derrière le pipeline Énergie Est, avec des conseils sur quand et comment faire du lobbyisme auprès du nouveau gouvernement. Le «old-boys club» est maintenant de retour à la direction des affaires publiques.

Le Canada oscille toujours entre récession et stagnation. Et l’économie mondiale est au bord d’un nouvel effondrement mené par la Chine et la Grèce. Malgré tous les discours de Trudeau contre les coupures, son plan est de sérieusement réduire les dépenses après quelques années de stimulus partiel. Autrement dit, après avoir ajouté à la dette, les libéraux ont l’intention de faire payer les travailleurs-euses pour leurs «investissements». C’est un cocktail parfait pour une lutte des classes significative, alors que la population va réagir avec colère après avoir été trahie. «Ce n’est pas ce pour quoi nous avons voté», diront ces gens. La tâche immédiate est de lutter pour sauver les organisations ouvrières, incluant le NPD, de la main morte des modérés qui n’ont fait qu’amener des défaites. Mulcair doit démissionner et le mouvement doit adopter des politiques socialistes qui peuvent réellement s’opposer à l’austérité. Lorsque l’éclat de la baguette magique de Trudeau va se dissiper, les gens seront devant la dure réalité du règne libéral. Lorsque cela surviendra il faudra qu’il y ait un mouvement armé des idées qui peuvent représenter une vraie opposition au Canada des entreprises. Au Royaume-Uni, la victoire du mouvement derrière Corbyn nous a montré ce qui est possible. Le Canada pourrait ne pas suivre exactement la même trajectoire à court terme, mais la même crise demeure. Nous en appelons à toutes celles et à tous ceux qui cherchent une alternative socialiste à l’austérité à nous joindre pour préparer les forces en vue de la riposte inévitable des années à venir.