Qui nous sommes
Notre Programme PDF Imprimer Envoyer
Écrit par le comité de rédaction de La Riposte   
Vendredi, 05 Juin 2009 09:04

Les travailleurs québécois ont besoin d’avoir leur propre parti.

Non à l’appui aux partis bourgeois; ni les libéraux, ni le PQ, ni l’ADQ. Québec solidaire doit s’unir avec les principaux syndicats s’ils veulent réellement devenir un parti de masse et de la classe ouvrière. Il faut qu’il mobilise l’appui des travailleurs et des jeunes en adoptant un programme socialiste.

Le plein emploi et des salaires décents pour tous.

Pour une semaine de travail de 32 heures sans perte de salaire. Pas de congédiement. Le droit à un emploi décent, à des prestations ou une place dans l’éducation. Un salaire minimum national d’au moins deux tiers du salaire moyen. Pour la retraite volontaire à l’âge de 55 ans avec une pleine pension pour tous.

Le droit à la grève, le droit à la représentation syndicale et le droit à la négociation collective.

Abroger toutes les lois anti-syndicales. Non à l’externalisation, la précarisation et toutes formes de privatisation. Fin de législation ordonnant le retour au travail et de la victimisation des syndicalistes.

Soins de santé gratuits pour tous.

Financer l’assurance-maladie. Supprimer les soins de santé privés. Nationaliser les géants des produits pharmaceutiques qui tirent leurs profits de la santé des travailleurs.

L’égalité des sexes.

L’égalité de rémunération pour un travail de valeur égale. L’argent doit être libérée pour l’équité des sexes. Investir dans les garderies de qualité, dans le logement et dans les institutions domestiques, pour que ce soit disponible à tous. Chaque femme doit avoir l’autonomie totale de son propre corps.

Action pour la protection de l’environnement.

Seule la propriété publique des terres, des principales industries, du pétrole, des sociétés minières, forestières, d’énergie et des transports, peut constituer la base d’une approche socialiste véritable à l’environnement. Les plans sur l’environnement seraient mesurés selon les générations, et non en trimestres fiscaux.

La fin de toutes les formes de discrimination.

Supprimer tout contrôle raciste d’immigration et de refuge. L’unité des travailleurs est le moyen de vaincre les racistes et les conditions qui engendrent le racisme.

Un plan socialisé de production pour la pêche, le bois et l’agriculture.

Protéger l’environnement et l’emploi. Fin à l’anarchie du marché dans l’industrie des ressources. Nationaliser les supermarchés et les entreprises agrochimiques qui détruisent les ressources des agriculteurs. Lancer un plan volontaire de socialisation de la production pour l’agriculture qui permettrait de protéger les emplois et la sécurité des agriculteurs.

Éducation pour tous.

Financer nos écoles, nos collèges et nos universités. Fin à l’empiétement des corporations dans les salles de classe. Supprimer les frais de scolarité et les prêts d’étude. Des subventions et l’apprentissage à vie pour tous.

Le droit a l’autodétermination.

Pour l’abolition de toute loi anti-démocratique qui vient opprimer le peuple québécois, comme la loi sur la «clarté référendaire». Faire tomber l’état fédéral capitaliste canadien. S’unir avec ceux qui combattent l’État canadien, donc la classe ouvrière canadienne. Sous le capitalisme la vraie autodétermination ne peut jamais exister. Pour un Québec socialiste uni volontairement avec un Canada socialiste et faisant partie d’une union mondiale socialiste.

Fin aux siècles d’oppression contre les Premières nations.

Droits à la terre et aux ressources pour les peuples Autochtones. Fin de la pauvreté dans les réserves et à l’extérieur. Les peuples Autochtones doivent être en mesure de contrôler démocratiquement leur propre destin.

Nationalisation des pilliers fondamentaux de l’économie; les 150 plus importantes banques et corporations.

Rompre avec l’anarchie capitaliste et le libre marché. Pas de compensation pour les millionnaires, mais plutôt pour ceux qui en ont vraiment besoin. Les entreprises nationalisées doivent être placées sous contrôle ouvrier et être intégrées à un plan de production démocratique socialiste.

L’internationalisme socialiste.

Non à l’ALENA, l’OMC et autres traités de banquiers qui sont réellement des outils de l’exploitation impérialiste. Riposter contre l’impérialisme et le militarisme étasunien. Nationaliser la propriété des géants industriels étasunien et s’unir avec les travailleurs étasuniens. Pour une fédération socialiste des Amériques dans le cadre d’une fédération socialiste mondiale.


Joignez-nous!

 

La Riposte Numero 15, septembre 2013

 

Obtenez votre copie de La Riposte, le journal de la Tendance Marxiste Internationale