youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

revolutionary ideas FB bannerFR

Nouveau séisme politique en Grande-Bretagne

Un an après le Brexit, la Grande-Bretagne vient de connaître un nouveau séisme politique de grande magnitude. En convoquant des élections législatives anticipées, il y a deux mois, la première ministre conservatrice Theresa May se croyait assurée de consolider sa position et celle de son parti. Dans les sondages, les conservateurs avaient alors 20 points d'avance sur le Parti travailliste (Labour). Les grands médias bourgeois du pays annonçaient et, déjà, fêtaient la victoire « inéluctable » des conservateurs. L'aile droite du Labour – les « blairistes », du nom de Tony Blair – s'en réjouissait d'avance, eux aussi. Ils y voyaient une bonne occasion de se débarrasser de Jeremy Corbyn, le n°1 du Labour, qui depuis 2015 s'efforce de pousser le parti vers la gauche.

Belgique : Appel à la violence contre le coordinateur de « Pas Touche au Venezuela »

escualidoContrairement au mythe véhiculé par les grands médias, l'opposition vénézuélienne est loin d'être le fait de gentils démocrates luttant pour la liberté d'expression. Au contraire, ce mouvement issu des quartiers cossus de Caracas prend de plus en plus un caractère fasciste, et cela se constate par la violence grandissante de ses partisans, y compris à l'étranger. Le 24 mai dernier, un opposant d’extrême droite au gouvernement bolivarien du Venezuela a appelé à la violence et a souhaité la mise à mort d’Erik Demeester, coordinateur de la campagne Pas Touche au Venezuela en Belgique. Nous partageons ici la déclaration de nos camarades belges du journal Révolution à ce sujet.

France : Emmanuel Macron, « en marche » vers la régression sociale

Selon ses propres dires, Emmanuel Macron ne serait « ni de droite, ni de gauche ». Cette posture transcendantale avait pour objectif d’attirer des électeurs confus de tous les bords. Il y est parvenu – grâce à la profonde crise du PS et des Républicains. Mais lorsqu’on analyse à la fois le parcours et le programme de Macron, il ne fait aucun doute que le probable futur président de la République est de droite, c’est-à-dire un défenseur des intérêts de la classe dirigeante et un ennemi acharné de notre classe.