youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

revolutionary ideas FB bannerFR

Québec

L’austérité «péquiste» et les tâches de Québec solidaire

Pendant une période de plusieurs mois, un mouvement de masse a secoué la Province de Québec et forcé une élection. Même le PQ s’est tassé vers la gauche, en proposant une annulation de la hausse des frais de scolarité, de la loi 78 et en proposant d’autres mesures progressives. Cependant, dans son premier budget, le gouvernement Marois a fait marche arrière sur ses promesses formulées lors de la dernière campagne. Face à cette hypocrisie du PQ qui s’est affiché comme l’option progressive, la possibilité de former un véritable parti représentant les travailleurs et la jeunesse est immense. Particulièrement pour le parti de gauche Québec solidaire dont le potentiel est le plus élevé depuis la création du parti. Mais comment Québec solidaire peut-il bénéficier de cette situation et construire une alternative pour les travailleurs–es qui cherchent une manière de combattre l’austérité?

Des élections en temps de crise

Le Québec se retrouve une fois de plus entraîné dans un autre grand carnaval, celui  des élections. Par ailleurs, ces élections peuvent nous sembler pas si différentes des précédentes. Comme à l’habitude, les Québécois-es devront s’armer de patience pendant une trentaine de jours alors que les grands partis électoraux — financés de façons inopportunes — leur balanceront au visage des slogans et des publicités vides de sens. « Pour le Québec», «À nous de choisir», «C’est assez faut que ça change», «ON peut mieux pour le Québec», «Debout»… Voilà des slogans qui sonnent bien, mais qui peuvent pourtant paraître très étrangers au peuple qu’ils tentent désespérément d’accrocher.

Pourquoi et pour qui la nationalisation?

« Transfert à la collectivité nationale du contrôle et de la propriété des moyens de production appartenant à une entreprise privée ou de l’exercice de certaines activités. » (Le petit Robert)

L’idée de nationalisation au cours de l’Histoire a été utilisée par presque tous les spectres idéologiques politiques tant de la droite que de la gauche. La nationalisation est devenue avec les années un concept flou pour plusieurs personnes, car il existe plusieurs façons de nationaliser. Au Québec, nous avons connu plusieurs nationalisations dans les années soixante-dix et plusieurs québécois ont pu bénéficier de cet enrichissement collectif, pensons à l’expérience d’Hydro-Québec qui a permis à tous les québécois une énergie accessible. Depuis ces années, au Québec, l’idée d’appropriation collective a été mise sur la tablette, pourquoi ? Comprendre les facteurs qui pourraient expliquer cette perte d’intérêt est fondamental pour entrer dans le cœur du sujet.

Les origines de Québec solidaire : la lutte sociale!

La façon dont les partis politiques naissent dit souvent beaucoup sur leurs orientations futures. Ainsi, on peut comprendre les orientations de droite du Parti québécois de sa genèse. La convergence de mouvement tant à la droite qu’à la gauche et sa naissance des cendres d’une défaite de la lutte de classe ouvrière québécoise  guide l’avenir du parti.

Projet de résolution : Les travailleurs ont besoin d'avoir leur propre parti

Ci-dessous se trouve une résolution rédigée par la Tendance Marxiste Internationale du Québec. Nous pensons que se devrait être la priorité principale de Québec Solidaire et du mouvement syndical des ouvriers dans son ensemble au Québec. Cette résolution devrait être lu en parallèle avec cet article qui explique la situation politique au Québec.

Considérant que, dans le sillage de la plus grande crise capitaliste, le gouvernement du Québec, enligné avec les gouvernements de partout dans le monde, poursuit les mesures d'austérité afin de forcer la classe ouvrière à payer pour la crise.

Considérant que, Québec Solidaire est le seul parti politique qui s'est toujours opposé à ces mesures et a exigé que les riches, les banquiers, les grandes entreprises et les capitalistes payent pour le crise de leur système. Pendant ce temps, le PQ nous a prouvé encore et encore être un parti de la grande entreprise en faveur de l'austérité, comme le démontrent la toute récente expulsion du SPQ Libre et Pauline Marois célébrant les vertus de l'enrichissement de soi.