youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

Il y a 100 ans, la fondation de la IIIe Internationale

ICIl y a un siècle, en mars 1919, la IIIe Internationale (l’Internationale Communiste, IC) tenait son premier Congrès à Moscou. Ses dirigeants – dont Lénine et Trotsky – la concevaient comme « le Parti mondial de la révolution socialiste ». Au cours des quatre premières années de son existence, c’est-à-dire avant le début de sa dégénérescence stalinienne, l’IC accomplit un travail considérable et publia des documents qui, un siècle plus tard, n’ont rien perdu de leur pertinence. Revenons sur son histoire – et ses leçons toujours vivantes.

100 ans plus tard : La grève générale de Winnipeg de 1919

lrs 42 WinnipegEn mai et juin 1919, les travailleurs de Winnipeg sont entrés en lutte contre les patrons pour acquérir des droits syndicaux. Dans cette bataille, ils sont allés jusqu’à remettre en question l’autorité même de l’État capitaliste dans la gestion de la société. Aujourd’hui, les grands médias et ceux qui influencent l’opinion publique tentent de présenter le Canada comme une contrée paisible où la lutte des classes ne joue aucun rôle. En réalité, les travailleurs ont combattu par le passé et ont même perdu la vie pour défendre leurs droits, et ils n’hésiteront pas à le faire à nouveau. Cent ans plus tard, les événements de Winnipeg représentent un exemple de lutte héroïque et riche en apprentissages pour les militants de la classe ouvrière d’aujourd’hui qui font face à une nouvelle crise du capitalisme.

Il y a 100 ans à Montréal : La grève générale et le spectre du bolchévisme

Grève 1919 MontréalMontréal, 24 avril 1919 – Dix mille travailleurs d’une dizaine de secteurs paralysent la métropole québécoise à travers une grève générale qui durera presque trois semaines. Les travailleurs se battent pour des augmentations de salaire, la réduction de la journée de travail, mais surtout, pour la reconnaissance de leurs syndicats. La direction syndicale met en garde les patrons : si vous ne reconnaissez pas les syndicats de vos employés, « leur colère les acheminera vers le bolchevisme ». La peur de la direction syndicale est bien fondée : beaucoup de grévistes regardent avec espoir vers la Russie révolutionnaire.

La grève d’Asbestos de 1949 : prélude à la Révolution tranquille

 asbestosIl y a 70 ans jour pour jour, la petite ville d’Asbestos, dans les Cantons-de-l’Est, était le théâtre d’une des grèves les plus marquantes de l’histoire du mouvement ouvrier québécois. En plus d’avoir enflammé la province pendant quelques mois, elle fut l’un des événements majeurs ayant mené à la Révolution tranquille. Pierre Elliott Trudeau a décrit cette grève comme « l’annonce violente du début d’une nouvelle ère ». Même si elle s’est soldée par une défaite, les travailleurs ont montré qu’il était possible de lutter contre le régime despotique de Duplessis et le joug des patrons. Cette lutte héroïque demeure aujourd’hui une grande source d’inspiration pour le mouvement ouvrier.

Aidez La Riposte socialiste dès aujourd'hui à construire les forces du marxisme!