Aller au contenu principal

Notre programme

Expropriation des piliers fondamentaux de l’économie : les 150 plus grandes banques et entreprises

Rompre avec l’anarchie du libre marché capitaliste. Aucun dédommagement pour les millionnaires. L’argent doit aller à ceux et celles qui en ont vraiment besoin. Les entreprises expropriées doivent être placées sous contrôle ouvrier et être intégrées à un plan de production démocratique socialiste.

Le plein emploi et des salaires décents pour tous et toutes

Pour une semaine de travail de 32 heures sans perte de salaire. Pas de licenciements. Le droit à un emploi, à une place sur les bancs d’école ou à des prestations suffisantes pour vivre. Un salaire minimum national d’au moins deux tiers du salaire moyen. Pour la retraite volontaire à l’âge de 55 ans avec une pleine pension pour tous et toutes.

Pour un syndicalisme de lutte de classe

Combattons la sous-traitance et la privatisation par la grève. Défions les lois spéciales. Luttons contre les briseurs de grève par des piquets durs. Pour une campagne de syndicalisation de masse, avec accréditation par vérification des cartes. Aucun syndicat ne devrait signer de convention contenant une clause de disparité de traitement. Les usines fermées doivent être occupées et nationalisées. 

Pour un système de santé vraiment universel

Augmenter massivement le financement de la santé. Mettre en place un système universel gratuit au point d’utilisation couvrant les médicaments et les soins dentaires, d’optométrie et de santé mentale. Supprimer les soins de santé privés. Nationaliser les géants pharmaceutiques qui tirent leurs profits des problèmes de santé des travailleurs. Pour des soins de longue durée gratuits, de haute qualité et nationalisés, afin de mettre fin aux profits meurtriers qui tuent nos aînés.

L’éducation gratuite pour tous et toutes

Financer nos écoles, nos cégeps et nos universités. Mettre fin à la marchandisation de l’éducation. Supprimer les frais de scolarité et les prêts étudiants, et les remplacer par des bourses et l’apprentissage à vie pour tous et toutes. Abolir les dettes étudiantes. Abolir les conseils d’administrations dominés par les entreprises pour les remplacer par des représentants élus des étudiants, du personnel et de la communauté locale.

Mettre fin à la crise du logement

Interdire les évictions. Défendons les campements de fortune. Exproprier les propriétés vides pour loger les sans-abri. Nationaliser les promoteurs immobiliers parasitaires et les gros propriétaires et lancer un programme massif de construction de logements sociaux. Plafonner les loyers à 10% du salaire. Le logement ne doit pas être un investissement spéculatif; c’est un besoin humain fondamental. 

Pour une lutte de classe contre le racisme

Supprimer toutes barrières racistes à l’immigration et au refuge. L’unité des travailleurs est le moyen de vaincre les racistes et les conditions qui engendrent le racisme. Aucune confiance dans l’État capitaliste dans la lutte contre l’extrême droite. Le mouvement ouvrier doit utiliser les méthodes de la lutte de classe pour combattre la violence policière.

Pour la libération des femmes

Rémunération égale pour un travail de valeur égale. Pour la socialisation des tâches domestiques et un système de garderies gratuites universel. Chaque femme doit avoir une autonomie complète sur son propre corps. Financer les services d’avortement. Gratuité des produits contraceptifs et menstruels. Financer les refuges. Luttons contre la violence à l’égard des femmes par des actions collectives de masse.

Pour l’égalité sexuelle et de genre

Mettre fin à l’oppression des personnes LGBTQ. Pour une égalité complète devant la loi. Pas de police à la Fierté. Rejeter la marchandisation de la Fierté et la solidarité purement symbolique des entreprises qui affaiblit la lutte pour la libération sexuelle. Pour des services de transition gratuits et accessibles. Pour des actions de masse et unies de la classe ouvrière contre les réactionnaires.

Pour un environnementalisme socialiste

Seul le socialisme peut sauver la planète et protéger les emplois. Nationaliser les terres, les grandes industries et les sociétés pétrolières, minières, forestières, de l’énergie et des transports et les intégrer dans un plan de production environnemental socialiste. Non aux oléoducs qui mettent en danger l’environnement, violent la souveraineté autochtone et exportent les emplois syndiqués à l’étranger. Les décisions touchant à l’environnement doivent être évaluées en termes de générations, et non d’exercices fiscaux.

Un plan de production socialisé pour la pêche, l’exploitation forestière et l’agriculture

Mettre fin à l’anarchie du marché dans l’industrie des ressources naturelles. Mettre fin à l’exportation du bois-d’œuvre vers des usines non syndiquées et à bas salaires. Nationaliser les supermarchés et les entreprises agroalimentaires et agrochimiques qui détruisent les ressources des agriculteurs. Lancer un plan volontaire de socialisation de la production pour l’agriculture qui permettrait de protéger les emplois et le gagne-pain des agriculteurs. Exproprier les géants de l’industrie de la pêche et développer un plan socialiste de gestion des ressources qui protège les emplois.

Pour une solution socialiste à la question nationale

Renverser l’État capitaliste fédéral. Aucune confiance dans les bourgeois québécois et leurs partis, ils sont inutiles dans la lutte contre l’oppression nationale. Notre allié contre l’État fédéral est la classe ouvrière du reste du Canada. Une véritable libération nationale n’est possible que sous le socialisme. Pour une union volontaire d’un Québec socialiste et d’un Canada socialiste avec le droit à l’autodétermination.

Mettre fin aux siècles d’oppression des Premières Nations, des Inuits et des Métis

Régler la crise de l’eau potable dans les réserves, peu importe les coûts. Aucun oléoduc ou développement sur les terres des Autochtones sans leur consentement et sans création d’emplois et retombées économiques à leur avantage. Défendons les droits à la terre et aux ressources des peuples autochtones. Mettre fin à la pauvreté dans les réserves comme à l’extérieur. Les peuples autochtones doivent être en mesure de contrôler démocratiquement leur propre destin. Révolution, et non réconciliation.

Pour la démocratie ouvrière

Abolir la monarchie, le poste de gouverneur général et le Sénat. Pour le droit de révoquer tous les élus. Aucun élu ne doit gagner plus que le salaire moyen d’un travailleur moyen. Tous les dirigeants syndicaux doivent avoir le même salaire que les travailleurs qu’ils représentent. Pour le contrôle démocratique de la production par les travailleurs.

L’internationalisme socialiste

Luttons contre l’impérialisme canadien et américain. Pas touche à Cuba et au Venezuela. Pas d’armes pour l’Arabie Saoudite. Palestine libre. Aucun appui à l’impérialisme israélien. Dénonçons l’hypocrisie des impérialistes au sujet des droits de la personne; ils ont du sang sur les mains. Luttons contre le « libre marché » capitaliste par l’internationalisme ouvrier, et non par le nationalisme économique. Pour une fédération socialiste des Amériques dans le cadre d’une fédération socialiste mondiale.

Pour un parti des travailleurs et travailleuses du Québec

Aucun appui aux partis bourgeois; ni les libéraux, ni le PQ, ni la CAQ. Les travailleurs du Québec doivent avoir leur propre parti qui défend l’unité et les intérêts communs de tous les opprimés, quelle que soit leur nationalité. Québec solidaire et les directions syndicales doivent cesser toute collaboration avec les partis capitalistes et faire de leur objectif premier la création d’un parti de la classe ouvrière avec un programme socialiste.