tmicolorwhitestrokefinal-2laripostelogo

                   Journal de la Tendance Marxiste Internationale

mardi, avril 28, 2015

facebooklogocolour

Le marxisme, ou le socialisme scientifique, est le nom donné au corps d’idées d’abord travaillé par Karl Marx (1818-1883) et Friedrich Engels (1820-1895). Dans leur totalité, ces idées fournissent une base théorique pleinement travaillée pour la lutte de la classe ouvrière, pour atteindre une forme supérieure de société humaine – le socialisme.

Le mandat pour les deux semaines de grève étudiante tire à sa fin et le prochain congrès de l'ASSÉ, ce weekend, sera dominé par les débats sur la voie à suivre. De nombreuses controverses ont surgi à propos de la proposition de l'exécutif de l'ASSÉ voulant mettre fin à la grève et attendre la reprise éventuelle des actions de grève syndicale à l'automne. D'autre part, le comité printemps 2015 – un regroupement large d'étudiant-e-s radicaux responsables de la plupart des mobilisations de la présente grève étudiante – a dénoncé cette initiative et fait pression pour une poursuite de la grève. La fréquence des manifestations de nuit et le grand nombre d'étudiant-e-s en grève montrent qu'il y a une détermination chez les jeunes à lutter contre l'austérité et une volonté de rechercher les voies pour la lutte. Mais que faire? Les deux positions dominantes sur la question occultent la tâche principale qui s’impose au mouvement étudiant : amener les travailleurs-euses dans la lutte! Il y a un énorme potentiel dans ce mouvement, mais il est clair que les étudiant-e-s ne peuvent pas gagner seul-e-s et que toutes stratégies concrètes devraient consister à rallier les travailleurs-euses.

La publication de l’édition mexicaine de L’impérialisme, stade suprême du capitalismede Lénine ne pouvait pas arriver à un meilleur moment. Aucun autre livre n’a mieux expliqué les phénomènes du capitalisme moderne. Toutes les prédictions de Lénine concernant la concentration du capital, la suprématie des banques et le capital financier, les rivalités croissantes entre les États-nation et l’inévitabilité de la guerre engendrée par les contradictions de l’impérialisme, ont été confirmées par l'histoire de ces cent dernières années.

Alors même que plus de 65 000 étudiant-es québécois entrent en grève pour marquer le début du « printemps chaud » qui s'annonce, un coup dur vient d'être porté au mouvement étudiant. Vendredi dernier, après un vote serré, une majorité de 52% d'étudiant-es sur un taux de participation de 58% ont décidé que l'Association facultaire étudiante de science politique et droit (AFESPED) de l'UQÀM ne les représentait plus, ce qui menera à sa dissolution effective. Le vote a eu lieu après une campagne référendaire lancée le 13 février dernier notamment par une frange d'étudiant-es en droit bien décidés à ne plus revivre une grève prolongée comme celle de 2012. Le département de droit, traditionnellement plus à droite que les autres, était en minorité dans le syndicat étudiant, et cherchait depuis des années à se dissocier de ce qu'il percevait comme les « gauchistes » de science politique.

Plus d'articles...

  1. Grèce : l’heure du choix
  2. Le Venezuela, une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis ?
  3. 60 ans après « L’émeute du Forum » : le hockey et la lutte de classes au Québec
  4. On ne recule pas ! Pour une grève générale de 24 heures contre l'austérité !
  5. Le mouvement étudiant se met en branle : pour un soutien au mouvement ouvrier !
  6. Les idées de Karl Marx
  7. Alberta : La fin de la vague de prospérité due au pétrole annonce le début de l’austérité
  8. Du pain et des roses: les origines socialistes de la Journée internationale de la femme